Les apports en protéines végétales et la diversité alimentaire des régimes sont associés à la qualité de l’alimentation de façon indépendante et additive

Résumé : Introduction et but de l’étude Les protéines végétales ont globalement un meilleur profil éco-environnemental que les protéines d’origine animale. La consommation de protéines végétales, qui est positivement associée aux apports en de nombreux nutriments importants, a été identifiée comme un marqueur fort et robuste d’un régime alimentaire sain. On sait, par ailleurs, qu’une diversité alimentaire importante est positivement associée à l’adéquation nutritionnelle du régime alimentaire. Cependant, le lien entre diversité alimentaire et la nature (végétale ou animale) de l’apport protéique n’est pas connu. L’objectif de cette étude était de déterminer si la relation entre l’apport protéique végétal et l’adéquation nutritionnelle pourrait s’expliquer, du moins partiellement, par l’association avec la diversité alimentaire. Matériel et méthodes Nous avons évalué les apports en protéines animales et végétales de 1 330 adultes ayant participé à l’Enquête nationale nutrition santé. L’adéquation nutritionnelle de leurs régimes a été déterminée en utilisant le score de PANDiet, indice de qualité de l’alimentation basé sur une approche probabiliste. La diversité alimentaire a été évaluée par un score se fondant sur nombre de sous-groupes consommés dans chaque groupe alimentaire. Les associations entre les différentes variables ont été évaluées à l’aide de modèles linéaires multivariables avec ajustement pour les potentiels facteurs de confusion. Résultats et analyse statistique Comme attendu, les apports protéiques végétaux, mais pas animaux, sont associés à l’adéquation nutritionnelle. Il existe également une association positive entre la diversité alimentaire et l’adéquation nutritionnelle, et entre la diversité alimentaire et les apports protéiques végétaux, mais pas animaux ou totaux. La relation entre diversité alimentaire et apports protéiques végétaux est plus forte chez les femmes (β = 0,14) que chez les hommes (β = 0,07). Dans un modèle complet ajusté sur les facteurs de confusion potentiels (apport énergétique total, densité énergétique du régime, sexe, revenu du foyer, catégorie socioprofessionnelle, niveau d’instruction, région de résidence et statut tabagique), l’adéquation nutritionnelle est positivement associée à la diversité alimentaire (β = 0,13) et aux apports protéiques végétaux (β = 0,27) et animaux (β = 0,05). Conclusion Chez les adultes français, la consommation de protéines végétales est positivement associée à l’adéquation nutritionnelle et cette relation n’est pas expliquée par la plus forte diversité alimentaire associée aux régimes riches en protéines végétales. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.
Type de document :
Poster
Journées francophones de Nutrition, Dec 2015, Marseille, France. Résumés des présentations aux JFN de Marseille 2015 / Nutrition clinique et métabolisme 31 (2017) 30–82, 31, pp.64 - 64, 2015, 〈10.1016/j.nupar.2016.10.080〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-agroparistech.archives-ouvertes.fr/hal-01584562
Contributeur : François Mariotti <>
Soumis le : lundi 11 septembre 2017 - 22:08:33
Dernière modification le : mardi 10 octobre 2017 - 11:12:11

Identifiants

Citation

Manon Egnell, Clelia M. Bianchi, Jean-François Huneau, François Mariotti. Les apports en protéines végétales et la diversité alimentaire des régimes sont associés à la qualité de l’alimentation de façon indépendante et additive. Journées francophones de Nutrition, Dec 2015, Marseille, France. Résumés des présentations aux JFN de Marseille 2015 / Nutrition clinique et métabolisme 31 (2017) 30–82, 31, pp.64 - 64, 2015, 〈10.1016/j.nupar.2016.10.080〉. 〈hal-01584562〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

19

Téléchargements de fichiers

6