AgroParisTech assure la co-tutelle de 24 unités mixtes de recherche.

Ces UMR sont pilotées en collaboration avec des organismes et établissements de recherche (Inra, Irstea, Cirad, CNRS, IRD, des universités et grandes écoles) qui partagent les champs thématiques de l’établissement.

Les cadres scientifiques dont le domaine de recherche n’est pas couvert par ces 24 unités (environ 10% des effectifs) exercent leur activité de recherche dans des structures extérieures en accord avec leurs thématiques.

La production scientifique de toutes et tous est référencée dans le portail des publications HAL-AgroParisTech.

Unités Mixtes de Recherche

Bandeau accueil

Agronomie

(AgroParisTech, Inra)

Les travaux de l’UMR Agronomie contribuent à la production de connaissances et de méthodes pour concevoir et évaluer des systèmes de culture répondant aux enjeux du développement durable. Ils visent en particulier à faire évoluer les systèmes de culture de manière à répondre à différents objectifs : réduire leur dépendance aux intrants de synthèse, réduire leurs impacts environnementaux négatifs, permettre une rentabilité économique satisfaisante, réduire l’utilisation d’énergie fossile, permettre la production de biens divers. Pour cela, l’UMR analyse des processus de régulation biologique, met au point de méthodes et outils de conception et d’évaluation de systèmes de culture innovants, analyse les relations entre l’organisation spatiale des systèmes de culture et les bioagresseurs, et l’évaluation des performances des systèmes de culture à l’échelle globale. Les travaux menés s’appuient sur une analyse des systèmes de culture actuels et passés, ainsi que sur la conception de nouveaux systèmes de culture. Les échelles de travail comprennent la parcelle, la petite région, le pays et le monde.

En savoir plus

BETA (Bureau d'Ecologie Théorique et Appliquée)

(AgroParisTech, CNRS, Inra, Université de Lorraine, Université de Strasbourg)

Depuis le 1er janvier 2018, le LEF (Laboratoire d’économie forestière, UMR AgroParisTech, Inra de 2000 à 2017) a rejoint le BETA (laboratoire créé en 1972 à l’Université de Strasbourg, associé au CNRS depuis 1985 et à l’Université de Lorraine depuis 2005) pour constituer ensemble la plus grande unité de recherche en économie et gestion du Grand-Est de la France.

L’unité dans sa nouvelle configuration est localisée principalement sur 5 sites : Université de Strasbourg, Université de Lorraine (Nancy et Metz), AgroParisTech campus de Nancy, Université de Colmar, Université de Mulhouse. Les missions de l’unité sont :
- Le développement de programmes de recherche, fondamentale et appliquée, en économie ;
- la production de connaissance via la publication des travaux scientifiques ;
- l’enseignement : formation à la recherche et par la recherche (masters universitaires et ingénieurs, doctorats et formation permanente) ;
- l’organisation de manifestations scientifiques : colloques et workshops pour diffuser les résultats et intensifier les collaborations ;
- la participation aux débats de société via des travaux d’expertise, de la médiation scientifique, etc. 

En savoir plus

BIOGER (Biologie et gestion des risques en agriculture)

(AgroParisTech, Inra)

L’Unité Mixte de Recherche BIOGER, pôle de référence français de recherche sur les maladies fongiques des plantes de grande culture (blé, colza) et de la vigne, développe des approches pluridisciplinaires (génomique, biologie moléculaire et biochimie, biologie cellulaire, génétique, génétique des populations, évolution, épidémiologie, modélisation, phénotypage, diagnostic et taxonomie) et multi-échelles (du gène au paysage).

Ses modèles d’étude sont des agents pathogènes responsables de maladies fongiques d’importance économique majeure : les rouilles du blé (Puccinia striiformis et Puccinia triticina), la nécrose du collet du colza (Leptosphaeria maculans), la septoriose du blé (Zymoseptoria tritici), et la pourriture grise (Botrytis cinerea – sur vigne, et de multiples autres plantes cultivées ou sauvages). Les travaux de BIOGER et de ses collaborateurs ont contribué à élever ces espèces fongiques au rang de modèles pour certains aspects de leurs traits génomiques, biologiques, écologiques ou adaptatifs.

En savoir plus

Cired (Centre international de recherche sur l’environnement et le développement)

(AgroParisTech, Cirad, CNRS, École des Ponts ParisTech, École des hautes études en sciences sociales (EHESS))

Le Cired est marqué par le défi qui présida à sa fondation par Ignacy Sachs en 1973 : répondre aux thèses du Club de Rome sur les limites de la croissance par des stratégies d’harmonisation environnement - développement, popularisées aujourd’hui sous le terme de développement durable. Les liens d’ensemble entre environnement, ressources et développement, notamment dans les domaines critiques de l’énergie, des infrastructures urbaines et des activités agricoles, sont au cœur de la démarche scientifique du Cired, démarche qui repose sur un dialogue entre sciences sociales, sciences de la terre, sciences de la nature et sciences de l’ingénieur.

En savoir plus

Consulter la production scientifique du Cired

 

Ecofog (Ecologie des forêts de Guyane)

(AgroParisTech, Cirad, CNRS, Inra, Université des Antilles et Université de la Guyane)

L’unité EcoFoG s’intéresse à l’écologie tropicale au sens large. Le projet de l’unité est d’intégrer différentes approches en écologie et sciences des matériaux pour :
- comprendre les relations entre biodiversité et fonctionnement des écosystèmes forestiers tropicaux, exploités ou non, en évolution sous les pressions climatiques et anthropiques ;
- susciter l’innovation dans la valorisation des ressources forestières dans le contexte de cette forte biodiversité en tenant compte des contraintes d’utilisation liées au milieu tropical humide.
Les travaux de recherche de l’UMR mobilisent principalement les disciplines suivantes : écologie des communautés, génétique écologique, écologie fonctionnelle, chimie des substances naturelles, sciences du bois microbiologie, botanique.

En savoir plus

Consulter la production scientifique d'Ecofog

UMR Economie Publique

Economie Publique

(AgroParisTech, Inra)

Les recherches de l’unité portent sur l’analyse économique des mécanismes de marché et de l’intervention publique dans les domaines de l’agriculture, de l’environnement, du commerce international et de l’alimentation. Elles visent à développer les méthodes et modèles permettant de mieux comprendre les comportements des agents économiques et d’analyser l’efficacité des politiques publiques au regard de critères économiques et environnementaux. Ces travaux mobilisent les outils de l’économie appliquée (économétrie, modélisation, économie expérimentale) ainsi que des modèles plus théoriques dans les champs de l’économie publique et internationale.

En savoir plus

 

Écosys (Ecologie fonctionnelle et écotoxicologie des agroécosystèmes)

(AgroParisTech, Inra)

Les travaux de l’UMR visent à traiter d’une manière intégrée le fonctionnement des agroécosystèmes et leurs relations avec l’environnement. Ce fonctionnement est appréhendé en particulier à partir des concepts de l’écologie fonctionnelle et de l’écotoxicologie, prenant en compte les flux de matière et d’énergie et les fonctions des organismes isolés ou en interaction avec leur milieu à divers niveaux d’organisation spatiale (local, régional, national). Les travaux de l’unité s’organisent autour de la notion de services écosystémiques avec l‘objectif de quantifier expérimentalement et prédire par modélisation les performances agronomiques, environnementales et sanitaires des agrosystèmes sous contrainte des changements globaux (climat, changement d’usage des sols et des pratiques, pollution).

En savoir plus

Consulter la production scientifique d'Ecosys

ESE (Ecologie, Systématique et Evolution)

(AgroParisTech, CNRS, Université Paris-Sud)

L’unité Écologie, Systématique et Evolution conduit des recherches en écologie et évolution qui visent à étudier l’origine et la dynamique de la biodiversité ainsi que l’évolution et le fonctionnement des écosystèmes. Les approches menées pour ces objectifs reposent sur une synergie entre observations in situ, expérimentation, et modélisation mathématique en tant qu’outil de compréhension, de synthèse et de projections. L’étude des conséquences des changements globaux, notamment climatiques, sur les populations, les communautés et les écosystèmes, et leur réponse à ces changements est une thématique transversale dans l’unité. Une partie des recherches de l’unité sont en lien étroit avec des préoccupations sociétales et contribuent à fournir des outils d’aide et de décisions aux gestionnaires de la biodiversité et des socio-agro-éco-écosystèmes. Ces innovations nécessitent à la fois de maintenir un très haut niveau scientifique et de développer l’interdisciplinarité sur cette base.

En savoir plus

G-EAU

G-eau (Gestion de l’eau, acteurs, usages)

(AgroParisTech, Cirad, Institut de recherche pour le développement (IRD), Irstea, Montpellier SupAgro)

L’unité G-eau s’intéresse à la gestion adaptative de l’eau, des milieux aquatiques et de leurs usages. Les travaux de l’unité s’inscrivent dans une démarche interdisciplinaire et visent à explorer les différentes composantes de la dynamique d’un socio-hydrosystème et leurs interactions. La finalité est la compréhension des évolutions possibles sous l’effet de facteurs exogènes (changements climatiques, sociaux, démographiques…) ou d’innovations techniques et institutionnelles (technologies, infrastructures, régulations, politiques d’adaptation…). L’UMR vise aussi bien la compréhension de ces dynamiques que la mise au point de solutions innovantes ou l’appui à la conception de politiques publiques.

En savoir plus

Gabi (Génétique animale et biologie intégrative)

(AgroParisTech, Inra)

Comprendre et exploiter la variabilité génétique pour un élevage performant et durable : les orientations scientifiques de l’UMR Gabi visent à mieux connaître les bases de la variabilité génétique des fonctions biologiques et à développer des méthodes et des outils d’amélioration génétique et de conservation des populations animales. L’unité s’appuie sur des compétences interdisciplinaires en génétique, génomique, modélisation, biostatistique et biologie, et déploie ses activités depuis l’acquisition de nouvelles connaissances jusqu’à l’innovation méthodologique et le transfert sur le terrain.

En savoir plus

 

Génétique Quantitative et Évolution - Le Moulon

(AgroParisTech, Inra, Université Paris-Sud, CNRS)

L’UMR Génétique Quantitative et Évolution - Le Moulon (GQE – Le Moulon) a pour thématique scientifique principale l’étude de la génétique et de l’évolution des caractères à déterminisme complexe (caractères quantitatifs). Ses objectifs majeurs sont :

- Apporter des connaissances en génétique multifactorielle fondamentale, dans les domaines de la modélisation de la variation quantitative et de son évolution dans différentes populations ainsi que dans la recherche de locus à effets quantitatifs.

-Comprendre le contrôle génétique, épigénétique et moléculaire de caractères aussi bien qualitatifs que quantitatifs, leur importance dans l’histoire évolutive des espèces et leurs adaptations.

-Orienter et optimiser les démarches de sélection sur des caractères cibles (croissance, développement, adaptation), en intégrant les avancées de la génomique, en valorisant les ressources génétiques, et en prenant en compte l’évolution des conditions environnementales et méthodes de culture.

Les modèles d’étude de GQE – Le Moulon varient selon les questions posées et les outils expérimentaux disponibles pour y répondre ; ils incluent des espèces d’intérêt agronomique (blé, maïs et colza), des espèces modèles (arabette des dames, levures) ainsi que non-modèles (nigelle).

En savoir plus

GENIAL (Ingénierie, procédés, aliments)

(AgroParisTech, Inra)

Les industries alimentaires sont face à des enjeux majeurs de compétitivité. Les principaux défis actuels de l’alimentation sont de garantir la sécurité alimentaire (nourrir les populations), sanitaire (assurer une alimentation chimiquement et biologiquement saine) et nutritionnelle (préserver l’équité de l’accès aux nutriments). Les travaux de l’UMR considèrent l’ensemble du cycle de vie des aliments, des matières premières jusqu’à leurs usages et leur consommation. Ils portent à la fois sur les produits, incluant une conception raisonnée de l’équilibre entre les différentes propriétés (sensorielles, sanitaires, nutritionnelles et technologiques) et sur les procédés (maîtrisés, innovants et éco-conçus). Grâce à une approche de type ingénierie réverse, ils peuvent contribuer à des actions d’innovation en lien avec l’industrie.

En savoir plus

Consulter la production scientifique de GENIAL

Bienvenue sur le site INRA

GMPA (Génie et microbiologie des procédés alimentaires)

(AgroParisTech, Inra)

L’UMR GMPA s’intéresse à l’ingénierie des transformations des produits agricoles, alimentaires et biologiques. Ses travaux portent sur la maîtrise des processus physiques et biologiques qui gouvernent les transformations, des bioprocédés jusqu’à l’homme (digestion), dans la perspective de délivrer des connaissances et des outils d’aide à l’élaboration de produits ou bio-produits de qualité (sensorielle, nutritionnelle, sanitaire et environnementale). Ses activités couvrent la connaissance des écosystèmes microbiens fromagers, les processus de fermentation alimentaire, de fractionnement et de stabilisation.
Elles vont jusqu’à la conduite automatique des bioprocédés via le développement de prototypes et d’outils de mesure, et la modélisation et l’intégration des connaissances. L’analyse systémique des mécanismes de dégradation des aliments en bouche et dans le système digestif fait partie intégrante des opérations de transformations étudiées.

En savoir plus

 

IJPB (Institut Jean-Pierre Bourgin)

(AgroParisTech, Inra. Equipe de recherche labellisée CNRS)

L’IJPB regroupe un ensemble unique de ressources et de compétences en biologie, chimie et mathématiques dédiées à la recherche sur le végétal. Il couvre un large champ d’activité, qui va de travaux fondamentaux sur le développement et la physiologie des plantes jusqu’à la recherche finalisée pour l’utilisation alimentaire et non-alimentaire des produits végétaux, dans le cadre d’une agriculture durable. Les équipes de recherche de l’IJPB s’intéressent notamment à l’évolution et au fonctionnement des génomes, à la réponse des plantes aux stress qu’elles subissent dans leur environnement, à de multiples aspects fondamentaux de la biologie végétale de la cellule à la plante entière (développement, physiologie et métabolisme). Ces recherches fondamentales forment un socle pour des approches biotechnologiques développées à différents niveaux, de l’optimisation des méthodes génétiques d’amélioration des végétaux jusqu’à la caractérisation de diverses molécules d’origine végétale (cellulose, lignines, lipides) et leurs usages industriels.

En savoir plus

 

Leesu (Laboratoire eau, environnement et systèmes urbains)

(AgroParisTech, École des Ponts ParisTech, Université Paris-Est Créteil)

L’objet de recherche du Leesu est avant tout l’eau urbaine sous différentes approches :
. Études physiques et hydrologiques (ruissellement, transfert dans le système urbain, milieux lacustres),
. Études biogéochimiques des émissions, du devenir et des effets des contaminants chimiques et microbiologiques dans le continuum ville/ouvrages/milieux récepteurs,
. Étude des politiques, des usages de l’eau, des pratiques et de leurs évolutions.

Le Leesu développe une recherche non seulement multi-mais interdisciplinaire finalisée et impliquée, ce qui est incontournable pour mener une recherche pertinente en environnement. Ses travaux de recherche sont en prise avec des enjeux sociétaux majeurs tels que développement d’une ville durable résiliente aux changements, optimisation des ressources hydriques, protection des eaux souterraines et des écosystèmes aquatiques... Le Leesu ancre ses activités au sein de partenariats étroits et de longue durée avec les collectivités locales de la région parisienne et les acteurs de l’eau.

En savoir plus

Consulter la production scientifique du LEESU

 

Mia-Paris (Mathématiques et informatique appliquées - Paris)

(AgroParisTech, Inra)

L’unité Mia-Paris regroupe des statisticiens et des informaticiens spécialisés dans la modélisation et l’apprentissage statistique et informatique pour la biologie, l’écologie, l’environnement, l’agronomie et l’agro-alimentaire. Leurs compétences portent sur les méthodes d’inférences statistiques (modèles complexes, modèles à variables latentes, inférence bayésienne, apprentissage, sélection de modèle…), et algorithmiques (généralisation, transfert de domaine, représentation des connaissances). L’unité développe des méthodes statistiques et informatiques originales génériques ou motivées par des problèmes précis en science du vivant. Ses activités s’appuient sur une bonne culture dans les disciplines destinatrices : écologie, environnement, agro-alimentaire, biologie moléculaire et biologie des systèmes.

En savoir plus

Consulter la production scientifique de MIA-Paris

Bandeau accueil

Micalis (Microbiologie de l’alimentation au service de la santé)

(AgroParisTech, Inra)

L’unité Micalis a pour objectif le développement de recherches novatrices dans le champ de la microbiologie de l’alimentation au service de la santé. Les travaux de l’UMR portent en particulier sur le rôle des micro-organismes dans les processus de fabrication des produits alimentaires, leur digestion par l’homme et leurs effets sur la santé. L’unité privilégie pour cela des approches de génétique bactérienne, de biologie moléculaire, de biologie cellulaire, de métagénomique, de microscopie à haute résolution, de biologie des systèmes et de synthèse.

En savoir plus

logo UMR MoSAR

Mosar (Modélisation systémique appliquée aux ruminants)

(AgroParisTech, Inra)

L’unité MoSAR a pour objectif de comprendre, caractériser et prédire les relations entre l’animal d’élevage et son environnement alimentaire afin de développer des outils pour augmenter l’efficacité d’utilisation des ressources alimentaires par une réalisation optimale des performances, des capacités d’adaptation et du bien-être. L’unité conduit des travaux de recherche en nutrition animale, comportement animal, physiologie du rumen, métabolisme énergétique et modélisation autour d’une thématique de recherche commune : la description et la quantification des processus par lesquels les ruminants obtiennent, ingèrent, digèrent, puis métabolisent et ventilent leurs ressources alimentaires vers la production et les fonctions vitales. Les travaux sont centrés sur la chèvre laitière, au niveau de l’animal mais avec des projets collaboratifs qui intègrent les niveaux sous-jacents (cellulaires et moléculaires) et plus agrégés (troupeau, système d’élevage).

En savoir plus

Consulter la production scientifique de MOSAR

Bienvenue sur le site INRA

PNCA (Physiologie de la nutrition et du comportement alimentaire)

(AgroParisTech, Inra)

L’objectif des recherches de l’unité PNCA est d’évaluer comment les variations de l’apport protéique, en qualité et en quantité, influent sur la physiologie, le métabolisme et le comportement alimentaire dans différentes situations physiologiques ou physiopathologiques, et quelles en sont les répercussions sur la santé. L’apport en protéines est un facteur déterminant de l’homéostasie corporelle et le rôle de l’apport protéique, en interaction avec les autres nutriments énergétiques, dans les processus d’homéostasie et de rupture d’homéostasie est une question de santé publique. L’établissement de critères de référence de la qualité de l’apport protéique, pour la satisfaction des besoins selon les conditions physiologiques, est une question d’actualité dans le contexte des réflexions sur l’équilibre entre les sources de produits d’origine animale et végétale, et la recherche de nouvelles sources de protéines.

En savoir plus

Prodig (Pôle de recherche pour l’organisation et la diffusion de l’information géographique)

(AgroParisTech, CNRS, IRD, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Université Paris-Diderot, Université Paris-Sorbonne)

L’unité a pour objectif l’amélioration des connaissances sur les interactions entre développement et environnement. Il s’agit de comprendre le monde actuel, au Sud et au Nord, dans ses dynamiques spatiales et territoriales. L’unité développe des programmes de recherche fondamentale et appliquée. Ses thèmes de recherche, ses outils, ses compétences, son savoir-faire, associés à des partenariats nationaux et internationaux en constant renouvellement, permettent de répondre aux demandes de commanditaires et décideurs de différents niveaux.

En savoir plus

Consulter la production scientifique de PRODIG

http://www6.versailles-grignon.inra.fr/var/internet_versailles_sadapt/storage/images/setup2/configuration/haut-de-page/bandeau-par-defaut/28269-28-fre-FR/Bandeau-par-defaut.png

Sad-Apt (Sciences pour l’action et le développement - Activités, produits, territoires)

(AgroParisTech, Inra)

Résolument interdisciplinaires, les travaux de l’unité Sad-Apt traitent de questions de recherche complexes sur les dynamiques des systèmes socio-techniques et des systèmes socio-écologiques liées aux transformations des mondes et des espaces agricoles et ruraux. Ces travaux s’appuient de façon préférentielle sur des projets de recherche en partenariat, en association avec les acteurs et organisations des filières agricoles et des territoires. Produisant des connaissances scientifiques fondamentales et appliquées, l’unité s’intéresse à des problématiques de recherche ancrées dans les questions vives des sociétés : contradictions et complémentarités d’usages des espaces et des ressources ; expression des fonctions multiples aujourd’hui attribuées à l’agriculture dans les pratiques, les systèmes d’activité, les organisations ; impératifs d’ordre environnemental, sanitaire ou culturel pesant tant sur les façons de produire que sur l’innovation dans le secteur agricole…

En savoir plus

SILVA

(AgroParisTech, Inra, Université de Lorraine)

L’UMR Silva développe un projet de recherche pluridisciplinaire et intégratif autour de l’écologie des forêts (bois, arbre, écosystème), dans le contexte des changements globaux. Les objectifs centraux de l’unité sont de produire des connaissances fondamentales et finalisées et des outils qui permettent de :
- analyser et intégrer les processus qui permettent de caractériser et comprendre la diversité de réponse des arbres à leur environnement et qui sous-tendent les services écosystémiques ;
- favoriser les capacités d’adaptation et de résilience des écosystèmes ;
- d’optimiser la production durable de bois des systèmes forestiers.

Les disciplines utilisées sont (par ordre alphabétique) : autécologie des espèces, bioclimatologie, biochimie, biomécanique, dendrochronologie, dynamique forestière, écologie des communautés, écologie fonctionnelle, écophysiologie, génétique, modélisation, physiologie végétale, sciences du bois et sylviculture.

En savoir plus