Rapport technique final du projet PolQA : Politiques d’amélioration de la qualité de l’air grâce aux pratiques agricoles. Convention ADEME n°16-62-C0023. - Archive ouverte HAL Access content directly
Reports (Contract/Project Report) Year : 2022

Rapport technique final du projet PolQA : Politiques d’amélioration de la qualité de l’air grâce aux pratiques agricoles. Convention ADEME n°16-62-C0023.

, (1) , , , (1) , ,
1
Frédérik Meleux
  • Function : Author
  • PersonId : 981326
Étienne Mathias
  • Function : Author
François Taulemesse
  • Function : Author
  • PersonId : 775645
  • IdRef : 189517131
Florian Couvidat
Simone Schucht
  • Function : Author

Abstract

Un des problèmes majeurs en qualité de l'air est la persistance de concentrations élevées en particules (PM) en particulier dans les zones urbaines. La France est régulièrement soumise à des pics de particules fines (PM10) notamment à la fin de l’hiver et au début du printemps, période où la fréquence des situations météorologiques favorables à l’accumulation des polluants se conjugue à des épandages agricoles soutenus. Le rôle de l’agriculture est souvent souligné pour ces pics de PM10, et ce même pour les concentrations observées en villes. Les aérosols incriminés dans ces pics de pollution sont des particules secondaires inorganiques de nitrate d’ammonium formées dans l’atmosphère à partir d’émissions anthropiques de gaz : oxides d’azote (NOx) et ammoniac (NH3). Les émissions d’ammoniac attribuées à l’agriculture ne sont pas seules responsables car les particules concernées ne seraient pas formées en l’absence des oxydes d’azote (NOx) émis par les secteurs routier, industriel ou résidentiel. Néanmoins leur contribution sur la hausse des concentrations de particules à cette période est suffisamment importante pour inciter les pouvoir publics à prendre des dispositions pour limiter son influence sur la qualité de l’air. Par ailleurs, si des mesures de réductions d’émission ont déjà été prises pour les autres secteurs d’activité, on peut noter que les précurseurs de particules fines du secteur agricole ont été moins visés. Dans ce contexte, le projet POLQA a été conçu pour explorer des scénarios de mesure de réductions des émissions d’ammoniac concernant à la fois la gestion de situation d’urgence, à savoir prise de mesure dans l’optique d’agir vite et efficacement sur un épisode de pollution annoncé ou en cours, et la gestion sur le long terme qui est la plus efficace pour diminuer l’exposition de la population à la pollution chronique. La mise en œuvre de ces mesures qu’elles soient sur le long terme ou sur le court terme s’avère assez concluante en termes d’effet sur les concentrations d’ammoniac dans l’air mais avec une implication limitée sur la diminution des particules du fait d’un excès d’ammoniac ambient dans les régimes de formation des particules inorganiques. Les actions court termes certainement difficiles à mettre en œuvre pourraient également perturber le rendement agricole rendant l’acceptabilité de la mesure complexe auprès de la profession. L’effet des mesures de long-terme testées dans POLQA bien que limité sur les concentrations en particules est bénéfique sur le plan sanitaire du fait de la baisse d’exposition de la population aux particules, bénéfices qui en conversion monétaire absorbent nettement les coûts d’application des mesures. Cette conclusion est très encourageante car les mesures testées ne sont pas les plus ambitieuses et donc pas les plus atténuatives de la volatilisation d’ammoniac.
Fichier principal
Vignette du fichier
synthèse_POLQA_corr.pdf (1.05 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03954168 , version 1 (24-01-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03954168 , version 1

Cite

Frédérik Meleux, Sophie Génermont, Étienne Mathias, François Taulemesse, Jean-Marc Gilliot, et al.. Rapport technique final du projet PolQA : Politiques d’amélioration de la qualité de l’air grâce aux pratiques agricoles. Convention ADEME n°16-62-C0023.. INERIS; INRAE; AgroParisTech; CITEPA; Arvalis Institut du Végétal, 3 rue Joseph et Marie Hackin, 75016 Paris. 2022, pp.1-5. ⟨hal-03954168⟩
0 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More