Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Notion de concept militant. Une réflexion suscitée par la construction de la notion de SYAM

Résumé : Objectif de la communication:Quand le projet SyAM est déposé en mars 2015, la notion de SyAM est appréhendée comme «systèmes alimentaires à l’interface entre circuits courts et circuits longs vers des voies de développement durable». Durant le projet, elle apparait innovante en ceci qu’ellese veut extrêmement intégratricedes attentes des acteurs publics et privés, du consommateur au producteur, de l’élu ou de l’association à l’entrepreneur, tout particulièrement en rendant compte de la recherche de la triple performance voulue par le développement durable (Trognon et al., 2019).En 2020, une définitionplus précise est proposée: «un réseau d’interactions institutionnalisées entre des acteurs localisés visant à la pérennisation d’un partenariat stratégique pour la relocalisation de chaines de production / transformation / distribution. Des stratégies de volume alliées à une qualification innovante (différenciation) permettent une certaine efficience économique. Une gouvernance participative du réseau et une transparence au niveau des stratégies renforcent l’engagement des acteurs et un processus de reterritorialisation est à l’œuvre. Les acteurs publics jouant de plus un rôle facilitateur, le système possède une capacité de résilience. » (Chazouleet al., 2020).La volonté descriptive de ces définitions est lisible, pourtant l’observation de l’évolution de cette notion de SyAM tout au long du projet montre une construction à l’interface d’une double volonté, celle de décrire des faits etcelled’orienter une dynamique.Distinguer, comme il se fait en matière d’espèce nouvelle dotée de caractéristiques spécifiques, un nouveau modèle de système alimentaire au sein d’un foisonnement de modèles qui coexistent (Gasselin et al.,2020) et rivalisent de créativité dans l’alternativité au modèle dominant(Le Velly, 2017), est d’une grande complexité si ce n’est une gageure. Certes des monographies et études de cas cernent des systèmes qui correspondent dans les grandes lignes à des SyAM. Cependant, l’objectif annoncé du projet visait «l’accompagnement de systèmes alimentaires à l’interface entre circuits courts et circuits longs vers des voies de développement durable». Cette intention initiale est restée présente tout au long du projet, lors des collaborations acteurs-chercheurs, de l’élaboration du Jeu SyAM, et de toutes les opérations de valorisation (conférences, séminaires, cours, plaquettes, vidéos, etc.). La volonté de soutenir un développement marque le projet SyAM et son concept.Aussi, la problématique de cette communication est une interrogation épistémologique. Si l’on considère que cette notion de SyAM serait moins objective que projective, moins descriptive que prescriptive, comment nommer un tel concept?Et quels enseignements en tirer pour le développement territorial? 2Méthode:Le raisonnement de typique abductif a pris pour appui les observations suivantes: difficulté pour saisir ce qui fait SyAM, et pourtant intuition que l’acronyme désigne une certaine réalité; prudence face à la formulation d’une définition et à sa normativité;et pourtant,identification de cas et diffusion de la notion, et satisfaction de sa remobilisation par les acteurs. La notion de SyAM est certes l’objet qui a fédéré nos travaux (même s’il fut aussi l’occasion de traiter d’autres objets, gouvernance,innovation, logistique, accompagnement, etc.), mais semble moins un ob-jet qu’un pro-jet. L’approche réflexive suivie s’appuie sur une analyse chemin faisant de l’itinéraire méthodologique suivi par l’élaboration de la notion de SyAM(séminaires, réunions ateliers acteurs-chercheurs, deux expérimentations de l’outil d’accompagnement Jeu SyAM, etc.).Résultatset Retombées:Issue d’une recherche-action et mobilisée dans de tels travaux, la notion de SyAM apparaît comme un «concept militant». Nourrie des multiples ambitions du développement durable, elle ne constitue pas seulement une grille théorique pour repérer et analyser des faits, elle porte implicitement un projet de développement alternatif. Elle permet en effet de définir, organiser, etc. des formes d’interaction entre acteurs qui ne reposent pas seulement sur une chaîne de valeur économique (Trognon et al., 2019).Diverses observations intéressantes pournotre propos ont été effectuées. Citons ici les deux suivantes venant d’un atelier d’accompagnement d’undiagnostic territorial partagé et prospectif organisé avec les acteurs d’une filière agroalimentaire, des chercheurs et des acteurs de l’accompagnement agricole et territorial (dont certains partenaires du projet de rechercheSyAM). i. L’appropriation de la notionde SyAM a permis aux acteurs de préciser leur diagnostic et leur réflexion prospective. ii. La dynamique des chercheurs et acteurs du projet dans lapromotion du sens de la notion a transformécette dernière en outil.De cela, plusieurs points seront développés. Tout d’abord,cette notion semble constituer un objet frontière au sens de Star et al.(1989) i.e. un objet suffisamment flexible pour s'adapter aux besoins et aux nécessités spécifiques des différents acteurs qui les utilisent et qui sont suffisamment robustes pour maintenir une identité commune. Ensuite, le caractère militant s’exprime à la fois dans l’intention que ses concepteurs y ont mise et dans sa capacité à orienter et à stimuler la pensée selon une perspective du bien commun que les acteurs / opérateurs du terrain s’approprient comme expression synthétique de leurs vœux. De fait, ainsiéquipée, une dynamique locale peut trouver de nouveaux points d’articulation avec les discours et vœuxde développement durablepromus à l’échelle globale. En effet, la mobilisation opérationnelle du concept de SyAM participe de et à une dynamique / processus de gouvernance territoriale.Dans le projet d’acteurs qui en résulte, le partage de valeurs éthiques communes semble constituer le liant qui permet à la gouvernance, en tant que dispositif, de tenir et, en tant que processus encastré, place-based,de durer; il donne le sens et du sens à l’action.Enfin, notons que ce concept militant au service du développementest proche de l’ «objet intégrateur» (au sens de Schmid et al., 2011), maiss’en distingue notamment par la volonté d’accompagner une transition vers plus de durabilité.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadata

https://hal-agroparistech.archives-ouvertes.fr/hal-03120445
Contributor : Stéphanie Ferreira <>
Submitted on : Monday, February 15, 2021 - 11:51:42 AM
Last modification on : Tuesday, June 15, 2021 - 2:57:31 PM

Licence


Public Domain

Identifiers

  • HAL Id : hal-03120445, version 1

Citation

Laurent Trognon. Notion de concept militant. Une réflexion suscitée par la construction de la notion de SYAM. Symposium PSDR4 "Transitions pour le développement des territoires", Oct 2020, Lyon, France. ⟨hal-03120445⟩

Share

Metrics

Record views

75