Association entre un score mesurant le potentiel pro/anti-inflammatoire de l'alimentation (le DII) et le risque de cancer : résultats de la cohorte prospective SU.VI.MAX

Laurie Graffouillère 1 Mélanie Deschasaux 1 François Mariotti 2 Lola Neufcourt 1 Nitin Shivappa 3 James Hébert 3 Michael Wirth 3 Paule Latino-Martel 1 Serge Hercberg 1 Pilar Galan 1 Chantal Julia 1 Emmanuelle Kesse-Guyot 1 Mathilde Touvier 1
1 CRESS - U1153 - Equipe 3: EREN- Equipe de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle
UP13 - Université Paris 13, INRA - Institut National de la Recherche Agronomique, CNAM - Conservatoire National des Arts et Métiers [CNAM], CRESS (U1153 / UMR_A 1125) - Centre de Recherche Épidémiologie et Statistique Sorbonne Paris Cité
Abstract : Introduction et but de l’étude: L’inflammation est l’un des mécanismes majeurs impliqués dans la carcinogénèse. L’alimentation est une source importante de composés bioactifs pro- et anti- inflammatoires. Le Dietary Inflammatory Index (DII) a été conçu pour estimer le potentiel inflammatoire global des régimes alimentaires. Notre objectif était d’étudier les associations entre le DII et le risque de cancers au global, de cancer du sein et de cancer de la prostate, ce qui jusqu’à présent n’avait jamais été réalisé avec un design prospectif. Matériel et méthodes: Cette étude portait sur 6542 participants de la cohorte SU.VI.MAX (1994-2007) ayant complété au moins six enregistrements alimentaires de 24h pendant les deux premières années de suivi. Le DII a été calculé pour chaque sujet à partir de 36 paramètres alimentaires. Les scores les plus élevés correspondaient à des régimes alimentaires plus pro-inflammatoires. Après un suivi médian de 12,6 ans, 559 cancers incidents ont été diagnostiqués, dont 158 cancers du sein et 123 cancers de la prostate. Les associations ont été caractérisées par des modèles multivariés de Cox à risques proportionnels. Résultats et Analyse statistique: Les quartiles de DII sexe-spécifiques étaient positivement associés au risque de cancer de la prostate (RRQ4vsQ1=2,08 [1,06-4,09], P=0,005). Les résultats n’étaient pas significatifs pour les risques de cancer au global et du sein. Néanmoins, une interaction significative était observée entre le DII et la consommation d’alcool (facteur de risque majeur de plusieurs cancers) sur le risque de cancer au global (P-interaction=0,02). Le DII était associé avec une augmentation de risque de cancer chez les consommateurs modérés d’alcool (RRQ4vsQ1=1,75 [1,15-2,68], P=0,02), alors qu’aucune association n’était observée chez les sujets ayant une consommation d’alcool supérieure à la médiane sexe-spécifique (P=0,8). Conclusion: En accord avec les données expérimentales, les résultats de cette étude prospective ont montré qu’une alimentation pro-inflammatoire pourrait augmenter le risque de cancer de la prostate. Les régimes alimentaires proinflammatoires étaient également associés à une augmentation de risque de cancer au global chez les faibles consommateurs d’alcool. La promotion d’une alimentation anti-inflammatoire pourrait contribuer à la prévention primaire des cancers.
Type de document :
Communication dans un congrès
Journées francophones de Nutrition, Dec 2015, Marseille, France
Liste complète des métadonnées

https://hal-agroparistech.archives-ouvertes.fr/hal-01584677
Contributeur : François Mariotti <>
Soumis le : mercredi 13 septembre 2017 - 11:24:10
Dernière modification le : jeudi 24 mai 2018 - 15:58:13

Identifiants

  • HAL Id : hal-01584677, version 1

Citation

Laurie Graffouillère, Mélanie Deschasaux, François Mariotti, Lola Neufcourt, Nitin Shivappa, et al.. Association entre un score mesurant le potentiel pro/anti-inflammatoire de l'alimentation (le DII) et le risque de cancer : résultats de la cohorte prospective SU.VI.MAX. Journées francophones de Nutrition, Dec 2015, Marseille, France. 〈hal-01584677〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

94

Téléchargements de fichiers

29