La sensibilité à l'induction de l'obésité et du syndrome métabolique par un régime gras et sucré s'accompagne d'une efficacité protéique accrue dans le foie et diminuée dans le muscle

Résumé : Introduction et but de l’étude : Il existe une forte variabilité interindividuelle de réponse à une alimentation trop grasse et sucrée : chez les individus les moins aptes à gérer cet excès chronique d'énergie, elle favorise le développement d'une obésité (O) parfois associée à un syndrome métabolique (SM), avec des altérations du métabolisme énergétique mais aussi probablement du métabolisme protéique qui sont encore mal connues. Cette étude visait à mieux identifier la variabilité de réponse à un régime gras et sucré ainsi que les différences métaboliques entre individus sensibles et résistants à l'O et au SM, en utilisant des biomarqueurs isotopiques des orientations préférentielles du métabolisme protéique, les abondances naturelles en 15N (δ15N) des tissus. Matériel et méthodes : 36 rats Wistar mâles, de poids initialement similaires, ont été nourris avec un régime riche en lipides et sucres, suivis pour leurs consommation et gain de poids pendant 4 mois puis euthanasiés pour mesurer paramètres biochimiques, composition corporelle et δ15N des protéines tissulaires par spectrométrie de masse à ratio isotopique. Nous avons discriminé les rats selon leur sensibilité à l'O et au SM par une classification non supervisée (proc cluster sous SAS), sur la base de 2 indicateurs d'O (poids et adiposité viscérale) et de 2 indicateurs de SM (HOMAIR et triglycérides hépatiques). Nous avons calculé le Zscore global d'O et de SM (ZOSM) comme la moyenne des Zscores de ces 4 indicateurs, puis analysé les corrélations entre ZOSM, efficacités protéiques tissulaires (protéines tissulaires / protéines ingérées) et δ15N tissulaires. Résultats et Analyse statistique : La classification a distingué 3 groupes de rats : résistants à l'O et au SM (R, n=12), sensibles à l'O mais résistants au SM (O, n=12), ou sensibles à l'O et au SM (OSM, n=12). Les rats R, O et SM avaient les caractéristiques suivantes (moyennes ± écart-types, significativement différentes si elles portent des lettres différentes) : poids de 542 ± 42a, 620 ± 44b et 670 ± 33c g ; adiposité viscérale de 6,9 ± 0,5a, 8,3 ± 0,3b et 8,6 ± 0,7b % ; HOMA-IR de 7,1 ± 3,4a, 10,0 ± 5,7a et 21,7 ± 7,3b μg·mmol·L-2 ; triglycérides hépatiques de 57 ± 14a, 62 ± 20a et 101 ± 13 b μmol·g-1 ; efficacités protéiques de 2,37 ± 0,20a, 2,41 ± 0,31ab et 2,62 ± 0,18b % dans le foie, 0,53 ± 0,08a, 0,49 ± 0,04a et 0,43 ± 0,04b % dans le muscle gastrocnémien, et 0,19 ± 0,02a, 0,17 ± 0,02ab et 0,16 ± 0,02b % dans le muscle tibialis. Le ZOSM était corrélé (P<0,01) positivement à l'efficacité protéique du foie (R=0,54) et négativement à celles des muscles gastrocnémien (R=-0,48) et tibialis (R=-0,45), et négativement au δ15N des protéines du foie (R=-0,47), érythrocytes (R=- 0,43) et poils (R=-0,49). Conclusion : Dans ce modèle, la sensibilité à l'O et au SM concerne 2/3 de la population, avec 1/3 en O saine et 1/3 en O avec SM. Chez les individus sensibles, l'efficacité d'utilisation anabolique des protéines alimentaires est plus grande dans le foie mais plus faible dans certains muscles, et la plus grande efficacité anabolique hépatique est liée à une moindre orientation catabolique des acides aminés dont attestent les plus faibles δ15N du foie et d'autres pools plus accessibles (érythrocytes, poils). Conflits d’intérêts: Aucun conflit à déclarer
Type de document :
Poster
Journées francophones de Nutrition, Nov 2016, Montpellier, France
Liste complète des métadonnées

https://hal-agroparistech.archives-ouvertes.fr/hal-01584600
Contributeur : François Mariotti <>
Soumis le : lundi 11 septembre 2017 - 22:00:01
Dernière modification le : vendredi 27 avril 2018 - 19:22:03

Identifiants

  • HAL Id : hal-01584600, version 1

Citation

Olivier Landry Mantha, Jean-François Huneau, Veronique Mathe, Dominique Hermier, Nadia Khodorova, et al.. La sensibilité à l'induction de l'obésité et du syndrome métabolique par un régime gras et sucré s'accompagne d'une efficacité protéique accrue dans le foie et diminuée dans le muscle. Journées francophones de Nutrition, Nov 2016, Montpellier, France. 〈hal-01584600〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

57

Téléchargements de fichiers

34