Ecologie politique et la notion de service public

Résumé : L’écologie politique s’est historiquement constituée, en partie, par sa défiance à l’égard de l’État et de son organisation bureaucratique. Dès ses origines – dont il faut souligner la diversité des influences théoriques, passant du régionalisme à l’approche libertaire, du localisme à l’internationalisme –, elle se structure à partir d’une critique radicale des conséquences d’un développement économique, soutenu et porté et en partie défini par l’État. Les approches de l’écologie politique se rejoignent dans cette critique de la société industrielle, marquée par son productivisme, sa technocratie et son apologie de la croissance consumériste. Le productivisme se construit selon un système centralisé, hiérarchisé, caractérisé par la parcellisation des tâches et le gigantisme des unités de production. Dans un tel système, l’homme est uniquement considéré comme un agent producteur et un consommateur. Ce système organise son extension continue et nécessite une utilisation extensive des
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal-agroparistech.archives-ouvertes.fr/hal-01569369
Contributor : Luca Picardi <>
Submitted on : Wednesday, July 26, 2017 - 3:41:39 PM
Last modification on : Thursday, February 28, 2019 - 5:44:55 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01569369, version 1

Collections

Citation

Bruno Villalba. Ecologie politique et la notion de service public. Journée d'Etudes "Services publics et idéologie(s)", Apr 2014, Valenciennes, France. pp.89-112. ⟨hal-01569369⟩

Share

Metrics

Record views

62