Des races localement adaptées et adoptées, une condition de la durabilité des activités d'élevage

Résumé : Dans une perspective de durabilité des activités d’élevage, le recours à la diversité des ressources génétiques animales disponibles est présenté comme un levier potentiel. Les races locales notamment sont mises en avant pour leur adaptation aux territoires et aux systèmes d’élevage de leur berceau d’origine. Cet article vise à comprendre comment la mobilisation de ressources animales, locales ou non, peut contribuer à une adaptation des systèmes de production et à leur durabilité. Deux études de cas ont été conduites sur l’élevage bovin laitier dans le Grand Ouest de la France, l’une concernant deux races récemment introduites dans la région, la Montbéliarde et la Simmental, l’autre concernant la Bretonne Pie Noir, race locale à petit effectif. Les résultats de ces études ont été mis en perspective à l’aide d’un cadre conceptuel inspiré de la théorie pragmatiste de l’enquête. Cela nous conduit à réinterroger la notion même de « race localement adaptée » et à lui associer celle de race « localement adoptée ».
Type de document :
Article dans une revue
Cahiers Agricultures, EDP Sciences, 2016, 25 (6), 〈10.1051/cagri/2016052〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-agroparistech.archives-ouvertes.fr/hal-01557777
Contributeur : Eva Legras <>
Soumis le : jeudi 6 juillet 2017 - 15:40:30
Dernière modification le : jeudi 29 novembre 2018 - 16:18:01

Lien texte intégral

Identifiants

Citation

Nathalie Couix, Claire Gaillard, Anne Lauvie, Sylvie Mugnier, Etienne Verrier. Des races localement adaptées et adoptées, une condition de la durabilité des activités d'élevage. Cahiers Agricultures, EDP Sciences, 2016, 25 (6), 〈10.1051/cagri/2016052〉. 〈hal-01557777〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

121